Tous ces bonheurs que le voyageur rafle dans sa course, il les concentre, le soir, sur la page de son cahier. C’est la promesse de ce rendez-vous vespéral avec une page vierge qui l’incite, le jour durant, à mieux faire provision de ce qui l’entoure. Pour le marcheur au long cours, l’écriture est le plus intense moment d’apaisement. Le point d’orgue posé sur la portée du jour. Les muscles se reposent sur le cahier. L’esprit se réfugie dans l’agréable fouille de la mémoire. En écrivant, le soir, le voyageur, continue sa route sur une autre surface, il prolonge son avancée sur le plan de la page. Tout comme lorsqu’il abat les kilomètres pas à pas, il trace son sillon ligne à ligne. Dans la même solitude, il va sur son terrain d’aventure le jour, et sur son terrain d’écriture le soir. Petit traité sur l'immensité du monde de Sylvain Tesson

 
 
  
 Point zéro du curseur | J-85 | Le coeur côté tambour | Tchao Planchat | La couturière des routes | Je ne guérirai jamais de mon enfance | Il y a du vent et la mer monte | Huit heures trente un dimanche de Pentecôte | Faire sauter les verrous | Tueur à gages comme Papa | Wifi, paille fraîche et petites pépées | Ad Vitam Viagra | Hola ! Voici l'Espagne, Buenos dias ! | Morceau de route heureuse | Pour José qui m'a lu Machado | Un parfait débutant | Borracho ! Borracho ! Catorce infarctus | D'un jour à l'autre. Le vent peut tout défaire | Objectif, les trois arbres | Gibraltar Punta de Europa | La ville où le regard s'inverse | Sous les étoiles il y a des hommes | Chef de la famille qui vit sous la tente | Comme jamais je n'ai vu mes chaussures | Le Maroc de Nedali | Vol AT 503 Direction l'Afrique noire | Silence on prie | Yéro N'Diaye lit Yakouba | Lire ici, vivre ici | En beauté Afficher en une seule page 
 


Point zéro du curseur

Foudroyé. Car le couple le fut. Foudroyé. Par le feu de leurs bouches. Enlacés. Et les deux s’écroulèrent à l’abri du muret qui courait tout le long du chemin. Goudronné. De sa fin. Au plus bas de l’Europe. Là, où rien. N’y pouvait. Tenir. Debout. Tant les rafales. Piquait. La peau. Les yeux. Le sable. Et le cordon jusqu’aux rochers du large. Ils avaient bu. Fumé. Vidaient. Un reste de litron à lèvres que veux-tu. Salis de route. Accumulée. L’un sur l’autre roulaient et commençaient à se. Toucher. Partout, où. Leurs mains le pouvaient. Amour. Folie. Passion. Espoir. Qui sait de. Non-retour. Jour d’été, ce jour-là. 2004. Jour d’Août. D’un côté. Furieux. L’Atlantique. Mais de l’autre, la Mer. Toute la mer du milieu. La Méditerranée. D’une douceur et d’un calme. Au mitan titanesque de quoi. Punta de Tarifa. Je lançai, fasciné, le regard au-delà. Pour y voir. Le début de l’Afrique. Et notai. Méthodique. 36° latitude nord. Longitude ouest 6°. Ici. Passerait. De Saint-Malo à pied venu. Via Tarifa et le détroit de Gibraltar. Jusqu’au Niger. Jusqu’au point G où je suis né sur les hauteurs de Bamako. Depuis là-bas. Le cimetière où mes parents sont enterrés. Ici. Passerait. La Méridienne. Comme un flash arrivé dans l’image.

 

   Dessin Philippe Davaine
Tous droits réservés. La reproduction partielle ou totale des textes est interdite sans autorisation de l'auteur.

Retour en haut de page

 
 
2020 © La Voie des Livres